VoIP, SIP et WebRTC, qu’est-ce qui les différencie et pourquoi c’est important ?

13/04/2022 - 7 min. read

A voice call is being made

Ok, imaginons ces situations. Une grande nouvelle vient de tomber et vous devez la partager avec vos proches à l’autre bout du pays, ou votre carte de crédit est bloquée en pleine séance de shopping ou encore vous voulez contacter le SAV parce que votre nouvel ordinateur s’est transformé en toaster. Qu’est ce que vous avez immédiatement envie de faire dans ces moments là ? Parler à la bonne personne, qui n’est pas à côté de vous physiquement et de préférence rapidement !

Vous prenez donc votre téléphone, composez un numéro et accédez instantanément à la personne à qui vous voulez parler. C’est le pouvoir d’un appel téléphonique, d’un appel voix. Jusqu’à présent, c’est ce qu’on a de plus proche de la téléportation instantanée, et c’est pourquoi les appels voix sont formidables et existent depuis plus de 100 ans. Depuis ses débuts, beaucoup de changements technologiques ont eu lieu. La magie d’un appel reste la même mais les moyens ont changé et cet article a pour but de clarifier certains concepts concernant les technologies actuelles.

Les états généraux de la voix

En effet, en matière de technologie d’appel voix (ou de “voix” pour faire simple), on peut entendre beaucoup de choses différentes et être un peu confus sur les termes utilisés et ce à quoi ils se réfèrent. Puisque, chez Cantoo, nous travaillons dans le secteur de la voix depuis un certain temps, clarifions ce que les termes RTC, VOIP, SIP et WebRTC désignent et quelle technologie fait quoi.

Avant d’entrer dans les détails, permettez-nous de revenir un peu en arrière et de vous rappeler (ou de vous apprendre) que dans les années 2000, nous avons assisté au début d’un changement important en termes de services voix. Vous vous souvenez tous du bon vieux téléphone que vous aviez à la maison à cette époque. Celui qui était branché au mur et qui coupait votre connexion internet lorsqu’il sonnait. Ca c’était la téléphonie “RTC”. Elle existe depuis des dizaines d’années, c’est la première technologie de téléphonie massivement répandue et tout allait très bien jusqu’à l’arrivée d’internet et surtout des communications IP. En effet, il s’avère que le RTC n’avait pas vraiment de concurrents avant, cependant c’était une situation qui était amenée à évoluer. En effet, c’est une technologie assez coûteuse à utiliser et à maintenir pour les opérateurs de télécommunications. Par voie de conséquence, elle était assez coûteuse pour l’utilisateur final, en plus de ne pas être très flexible en termes de service et de configuration. Il y avait donc une place à prendre. Ainsi, lorsque le nouveau rival, la VOIP, ou voix sur IP, est arrivé dans le quartier, ça a changé le statu quo.

Internet, merci pour le SIP/RTP

Avec le développement d’internet et l’extension des ces réseaux IP, un moyen moins cher, plus efficace et plus facile de transporter la voix est apparu : le transport des appels sur le réseau IP. Pour ce faire, deux éléments étaient nécessaires : le protocole de signalisation et le protocole de transport du flux média.

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec ces concepts, voilà comment ça se passe : pour établir un appel, un opérateur signale a son équivalent qui doit recevoir l’appel, son intention d’envoyer cet appel et lui demande sa permission. Une fois qu’il a reçu le feu vert de la partie réceptrice pour envoyer un appel, le protocole de flux média établit la transmission du flux voix (c’est à ce moment que la sonnerie s’arrête et que vous commencez à parler). Lorsque la conversation est terminée et que quelqu’un raccroche, la partie signalisation reprend la main et les deux opérateurs mettent fin à l’appel en envoyant mutuellement des signaux d’adieu (les télécoms sont bien faites). Les deux protocoles en jeu ici sont le SIP pour la signalisation et le RTP pour le flux média.

Ainsi, lorsque vous entendez qu’une personne produit un service SIP ou crée un trunk SIP, elle produit un service de voix sur IP et ce service utilise le protocole SIP. Cette précision est importante car il existe une autre façon de produire des services vocaux : le webRTC. Bien que le nom fasse référence au bon vieux RTC, il s’agit d’une autre solution de voix sur IP.

App and web ready: le Web RTC

La technologie voix SIP/RTP est à bien des égards plus efficace et plus facile à produire que la technologie RTC, mais elle reste une technologie de télécommunication, ce qui signifie qu’il faut un peu de travail et de connaissances télécoms pour l’utiliser. Vous devez mettre en place une infrastructure de télécommunications appropriée pour gérer les flux et la signalisation, vous devez comprendre les bases des interconnexions techniques de télécommunications, vous devez gérer les composants de l’infrastructure technique et leur interaction les uns avec les autres, et ainsi de suite.

C’est donc très télécoms et cela reste assez compliqué pour, par exemple, un acteur du web qui veut juste ajouter la capacité de faire un appel à partir de son application. Il devrait pour ce faire apprendre une toute nouvelle technologie. Pour combler le fossé entre le monde des télécommunications et celui du web, le webRTC s’avère donc très utile. En effet, le WebRTC utilise le protocole HTTP, c’est donc une technologie naturellement beaucoup plus facile à intégrer via API à une application ou à un site web. Il suffit de quelques lignes de code pour pouvoir générer un appel en webRTC et c’est parfait lorsque vous voulez commencer à utiliser des moyens de télécommunication pour améliorer un service. Néanmoins, la facilité d’utilisation de webRTC présente des inconvénients. Le protocole HTTP n’est pas un protocole conçu pour la voix et bien qu’il fonctionne correctement, il n’est pas optimisé pour un usage voix important. Par conséquent, la qualité, la fiabilité et les performances peuvent devenir un problème lorsque l’on utilise le webRTC à grande échelle. Lorsque les appels augmentent, il vaut mieux chercher une technologie plus robuste, plus stable et optimisée pour router ce nombre d’appels croissant, et c’est exactement pour cela que la technologie SIP/RTP a été conçue.

Outre les limites du WebRTC expliquées précédemment, le WebRTC n’est pas le moyen par lequel les opérateurs et les grossistes telecoms s’interconnectent dans le domaine de la voix. Vous ne pouvez pas avoir une communication 100% webRTC entre deux personnes qui sont sur des réseaux de télécommunications différents. A un moment donné, l’appel devra passer par le réseau de télécommunications public et le webRTC n’est pas conçu pour de telles interconnexions. Il est cependant possible d’avoir une communication voix 100% webRTC entre deux personnes qui sont sur le même réseau. Par exemple, deux personnes appelant par le biais de Whatsapp peuvent avoir une communication 100% webRTC puisqu’elle reste à l’intérieur du réseau Whatsapp. Dès que vous devez atteindre un autre réseau, vous devez parler la langue commune des télécoms, et c’est maintenant massivement le SIP/RTP.

Le meilleur des deux mondes réunis

Que se passe-t-il donc lorsqu’un appel est généré via webRTC et doit être acheminé vers le réseau public de télécommunications ? Et bien il faut convertir le protocole de l’appel, en le transcodant de webRTC en SIP/RTP. Cet appel SIP/RTP est ensuite envoyé à l’opérateur récepteur dans ce même protocole. Il faut un peu de puissance de calcul pour faire ce transcodage, mais c’est généralement gérable. Chez Cantoo, comme nous mettons en place des services de télécommunications en webRTC pour nos clients et que nous parlons en SIP/RTP avec nos opérateurs partenaires, nous transcodons les appels et permettons à nos client d’atteindre le monde entier en combinant la facilité du webRTC et la puissance du SIP/RTP.

En résumé, SIP/RTP et webRTC sont des technologies de voix sur IP (VOIP). Le WebRTC est le moyen le plus simple d’intégrer des services vocaux dans un produit, il est pratique, rapide et facile, mais il a besoin de son grand frère SIP/RTC, puissant et robuste, pour pouvoir parler à d’autres réseaux et terminer des appels dans le monde entier. Ces deux technologies sont complémentaires et répondent généralement à un besoin différent ainsi qu’à un niveau de volume d’appels différent. Vous commencez avec du webRTC et vous pouvez rapidement profiter de la puissance des télécoms puis vous passez à la technologie SIP/RTP lorsque votre volume d’appels augmente. Au moment où votre trafic justifie d’investir du temps, des personnes et de l’argent dans une nouvelle technologie.

Quel que soit votre volume d’appels et la technologie que vous souhaitez utiliser, chez Cantoo nous sommes heureux de vous aider à améliorer vos services vocaux, sans barrières financières, sans contraintes techniques et en toute transparence.

European Telcos

Besoin de services personnalisés ?

Parlez avec notre Ă©quipe de vente sales@cantoo.co

Vous avez une réquisition légale?

Envoyez-nous un e-mail Ă  requisition@cantoo.co

Restez connecté

LinkedIn